Marketing de musée et boutiques : choix du gadget et organisation de l’espace

Welcome to WordPress. This is your first post. Edit or delete it, then start writing!

L’importance d’exposer des gadgets personnalisés en fonction de l’exposition

S’il est vrai que les manifestations culturelles attirent par nature un public pas tout à fait généraliste, mais plutôt sensible à des thématiques, des styles ou courants spécifiques, il est également vrai que, désormais, elles sont fréquentées par un public très vaste tant d’un point de vue quantitatif que qualitatif. Non seulement de nombreux spectateurs y affluent, mais parmi eux, sont représentées les typologies les plus diverses et variées.
Cette considération a son importance aux fins de l’organisation du catalogue de la boutique d’une exposition temporaire, tout comme de celle d’un musée.

Idées pour un public vaste

Tous les événements culturels ne sont pas identiques : il en existe certains dont l’intérêt est large, consacrés par exemple à des artistes aimés par le grand public. Dans ce cas, la boutique de musée doit présenter les catégories de marchandises les plus variées, pour s’adresser à tout le monde. Il faudra avoir un nombre important de livres illustrés et d’essais ; des parapluies, des sacs, des t-shirts et des objets du quotidien ; des stylos, des crayons, des gommes, des marque-pages et de petits objets à offrir ; des posters et des affiches de bonne qualité avec des images se référant à l’exposition et au territoire dans laquelle elle se déroule ; des manufactures artisanales typiques de la région (tissus, porcelaines, etc.)

Le public plus jeune

Il est important dans ce cas là de prévoir, également, un catalogue bien fourni qui s’adresse aux enfants et aux jeunes. Surtout si l’on prévoit des événements dédiés, mais non seulement dans cette hypothèse, un public plus jeune est en général très intéressé à acheter un souvenir de ce qu’il a vu. La boutique devra exposer à la fois des livres et des objets plus chers, qui seront achetés par les familles, et des petits gadgets que les enfants eux-mêmes, peut-être en sortie scolaire, pourront payer avec leur argent.

Une exposition d’art très courue, comme certaines qui se déroulent actuellement ou prévues pour 2019, attire un public vraiment très varié et la boutique doit satisfaire les goûts et les possibilités de chaque visiteur. Si, d’un côté, cela semble compliquer l’organisation, parce que cela demande d’avoir les articles les plus disparates, il est également vrai que cela permet de multiples possibilités et des profits importants. La majeure partie du travail, consiste dans la capacité à prévoir ce qui plaira aux visiteurs et l’autre partie à savoir exposer la marchandise de façon claire, ordonnée et accessible, en donnant à chaque objet la possibilité d’être remarqué. Au sein de la boutique d’une exposition c’est le coup d’œil qui est fondamental car le public y restera uniquement s’il est frappé favorablement par ce qu’il voit ; sinon il s’éloignera sans même y entrer.

Événements de niche

Le discours change si l’événement organisé concerne une thématique de niche : un courant spécifique et non connu du grand public, un artiste de valeur mais pas très célèbre, des aspects artistiques spécifiques d’une période du passé, etc. Dans ce cas, le nombre d’entrées ainsi que la qualité des spectateurs seront différents. Participeront à l’événement surtout des artistes, des architectes, des graphistes, des designers, des historiens de l’art, des enseignants, des étudiants universitaires et des groupes scolaires accompagnés par leurs professeurs.
Ce genre de public fera des achats complètement différents, peut-être moins variés mais chaque vente sera souvent plus rentable.
En effet, c’est dans de telles occasions que l’on peut vendre les livres les plus chers, lesquels dans les expositions très peuplées, restent souvent invendus.
Étant donné qu’il s’agit d’un public de niche, tout comme l’est la manifestation, celui-ci est souvent disposé à acheter des volumes tout aussi spécialisés, qu’il n’est pas facile de trouver en librairie. L’intérêt spécifique induira le spectateur à approfondir ce qu’il vient de voir et même à élargir ses intérêts à d’autres domaines. Le public spécialisé est celui qui est le plus sensible à l’approfondissement et dans ces occasions il est préférable d’élargir l’espace dédié aux livres et à diminuer celui pour les gadgets car cela ira sûrement dans le sens des exigences du public lui-même.

Nous pensons qu’il n’est pas si difficile d’organiser l’espace d’une boutique de musée et d’y exposer les gadgets les plus adaptés à son public ; la chose importante à faire est de rester à l’écoute des désirs et des requêtes du public, en les analysant avec attention et essayant de comprendre la raison profonde de sa visite. C’est de là certainement que naîtra la façon d’organiser le catalogue et un espace répondant aux désirs et aux intérêts de chacun.